FR |  EN 

   

   


FR |  EN 

   

   

Restaurons
la Cathédrale
Notre‑Dame
de Paris
Pour que la Cathédrale soit restaurée et qu’elle continue à rayonner pendant la période du chantier, la Fondation Notre Dame a besoin de vous.

Le chantier




15 avril 2019
3 juillet 2019
29 juillet 2019
Automne 2019
8 juin 2020
3 août 2020
10 septembre 2020
24 novembre 2020
Décembre 2020
Janvier 2021
2 mars 2021
5 mars 2021
Avril 2024

L’incendie a détruit une partie des voûtes, la charpente en bois, construite en grande partie au XIIIe siècle, la couverture ainsi que la flèche, construite au XIXe siècle par Viollet-le-Duc.

Compte-tenu de leur état de fragilité et pour réduire les risques d’effondrement complet en cas de chute d’une voûte, 28 arcs-boutants ont été cintrés. Cette opération délicate et spectaculaire s’est étendue sur six mois.

La Fondation Notre Dame a signé avec le Ministère de la Culture une convention, dans le cadre de la souscription nationale pour la conservation et la restauration de la Cathédrale.

Au total des dons déjà reçus et des promesses de dons qui seront concrétisées viennent s’ajouter les soutiens de MM. François et François-Henri Pinault et de M. Bernard Arnault et sa famille et du groupe LVMH.

Après avoir été mis en sécurité et ceinturé, le découpage de l’échafaudage sinistré démarre. L’opération, préalable aux travaux de restauration, sera achevée à l’automne 2020.

La dépose du grand-orgue de Notre‑Dame débute. Recouverts de poussières de plomb, les 8 000 tuyaux de l’instrument devront être nettoyés un par un. Une restauration prévue pour durer jusqu’en avril 2024.

Un chantier test de nettoyage et de restauration démarre dans deux chapelles de la cathédrale ainsi que les travées qui leur sont adjacentes : les chapelles Saint-Ferdinand et Notre‑Dame de Guadalupe. Ces tests permettront d’évaluer précisément l’envergure des dégradations et d’esquisser le protocole qui sera retenu pour la restauration des 24 chapelles latérales et des travées adjacentes durant la phase de restauration.

La dépose de l’échafaudage préexistant à l’incendie de Notre‑Dame est achevée. Déformé par la chaleur du brasier, il représentait une grave menace pour la cathédrale. Cette opération complexe a duré plus de cinq mois.

Épargné par l’incendie mais recouvert de poussières de plomb, le grand orgue doit faire l’objet d’une restauration complète. Commencée en août, la dépose des 8 000 tuyaux des 115 jeux de l’instrument s’est achevée en décembre.

Le démontage de l’échafaudage sinistré permet désormais aux cordistes d’accéder aux voûtes adjacentes à la croisée du transept et de les déblayer. Après une intervention par nacelle pour retirer les éléments les plus volumineux au mois de décembre, les voûtes jouxtant la croisée du transept ont été recouvertes de planchers auxquels les cordistes peuvent s’attacher afin d’évacuer les vestiges en toute sécurité.

Démarrage de la dernière étape majeure de la phase de sécurisation de Notre‑Dame consistant en la pose de demi-cintres en bois pour soutenir les voûtes les plus fragilisées. Cinq voûtes sexpartites du chœur, du transept nord et de la nef seront ainsi mises sous étais. L’opération devrait s’achever à l’été 2021.

Sélection des premiers chênes pour la restauration de la cathédrale Notre‑Dame de Paris, en forêt de Bercé dans la Sarthe. La restitution de la flèche de Viollet-le-Duc, dont l’ossature est entièrement en bois de chêne massif, et des charpentes du transept et de ses travées adjacentes nécessitera environ 1 000 chênes provenant de toutes les régions de France.

Sans être entièrement restaurée, la Cathédrale devrait rouvrir ses portes aux fidèles ainsi qu’aux visiteurs, cinq ans après l’incendie.